Connect with us

Histoire

Le tabou de la traite arabo-musulmane des Africains : 14 siècles d’esclavage et 17 millions de victimes

Published

on

Illustration

Tandis que l’on aborde régulièrement la traite transatlantique organisée par les Européens entre le 16e et le 19e siècle, la traite trans-saharienne et orientale orchestrée par le monde arabo-musulman pendant plus de 13 siècles constitue un sujet relativement méconnu, qui reste encore tabou sur le continent africain malgré son impact considérable sur les populations noires.

La traite des Noirs par les Arabes commença en 652 après J.-C., lorsque le général Abdallah ben Sayd imposa à Khalidurat, souverain du royaume de Nubie – un territoire situé entre le sud de l’Égypte et le nord du Soudan d’aujourd’hui –, la livraison de plus de 300 esclaves par an à travers la mise en place d’un traité appelé bakht.

Dès lors, le commerce des esclaves noirs ne cessa de s’amplifier, gagnant une large part de l’Afrique. Il finira par s’étendre de la côte ouest du continent jusqu’à l’océan Indien, en passant par la mer Rouge.

Un système de traite à grande échelle

Bien qu’il soit difficile de donner des chiffres précis quant au nombre des victimes de ce sinistre trafic, plusieurs chercheurs comme Salah Trabelsi, Tidiane N’Diaye ou Malek Chebel, s’appuyant sur des documents d’époque ainsi que les travaux plus récents d’historiens comme Ralph Austen et Paul Bairoch, estiment que le nombre d’esclaves noirs concernés par la traite arabo-musulmane – également appelée traite trans-saharienne et orientale – serait compris en 15 et 17 millions.

Sans compter les victimes collatérales tuées dans les combats pendant les rapts, et les captifs blessés ou jugés trop faibles pour être déportés qui étaient exécutés sur place.

Selon Tidiane N’Diaye – anthropologue et écrivain franco-sénégalais, spécialiste des civilisations africaines et auteur du livre Le génocide voilé qui s’intéresse à la traite trans-saharienne et orientale –, pour une personne déportée, trois ou quatre autres étaient tuées.

Crédit : Bnf – Wikimedia Commons

La proportion d’esclaves noirs déportés dans le cadre de la traite arabo-musulmane serait d’ailleurs très supérieure à celle de la traite transatlantique organisée par les Européens entre le 16e et le 19e siècle, dans le cadre de laquelle les historiens estiment qu’entre 9 et 11 millions de personnes furent réduites en esclavage pour être acheminées vers les Amériques.

Dès le début de la conquête arabo-musulmane et au fur et à mesure de l’extension des territoires placés sous le contrôle des troupes du califat islamique, l’esclavage fut un véritable pilier qui structurait l’ensemble de la société et revêtait une importance capitale sur le plan économique.

Bien qu’ils furent nettement plus nombreux à être réduits en esclavage, et ce pendant une période qui s’étendit sur plus de 13 siècles, les peuples noirs ne furent d’ailleurs pas les seuls à être asservis par les musulmans puisque l’on estime que plus d’un million d’Européens furent capturés par les corsaires barbaresques qui sillonnaient la mer Méditerranée entre le 16e et le 19e siècle. Bien avant eux, les Slaves furent aussi réduits en esclavage et acheminés en masse vers les territoires musulmans.

Toutefois, l’amplitude spatio-temporelle et le nombre de victimes générées par la traite trans-saharienne et orientale semble sans commune mesure. De plus, l’asservissement des populations noires sera légitimé par l’émergence des premières théories raciales de la part d’érudits musulmans respectés dont la pensée faisait largement autorité comme Ibn Khaldoun (1332-1406).

Ce dernier mettra ainsi en avant le degré inférieur d’humanité des peuples noirs, allant jusqu’à les qualifier d’anthropophages et déclarant que « les nations nègres sont en règle générale dociles à l’esclavage parce qu’elles ont des attributs tout à fait voisins de ceux des animaux les plus stupides ».

Une manière de justifier l’esclavage des Noirs qui permettra d’ailleurs, dans certains cas, de contourner l’interdiction d’asservir d’autres musulmans stipulée par le calife Omar (581-644) – certains esclaves noirs capturés par les Arabes étant parfois eux-mêmes de confession musulmane.

Crédit : Hulton Archive/Getty Images

Une forme de génocide à peine voilé

Après avoir été capturés, les Noirs d’Afrique de l’Ouest entamaient ensuite un long périple à travers le désert du Sahara afin de rejoindre les marchés d’esclaves du Maghreb et du bassin du Nil.

Réalisée dans des conditions épouvantables, la traversée des étendues arides du Sahara durait entre deux et trois mois, causant la mort de 20 à 30 % des captifs.

Mais des millions de Noirs razziés au sud du Nil et de la corne de l’Afrique furent également déportés vers l’Inde et la péninsule Arabique en passant par la mer Rouge et l’océan Indien. La côte orientale de l’Afrique fut en effet un des terrains de chasse favoris des négriers arabes qui y installèrent plusieurs comptoirs, dont celui de Zanzibar.

Crédit : Bernard Lugan

En outre, une fois arrivés à destination, la plupart des mâles étaient castrés dans des « ateliers spécialisés » – une mutilation terrible qui entraînait une effroyable mortalité parmi les captifs.

Selon Tidiane N’diaye, il s’agirait même d’un véritable génocide : incapables d’enfanter, les populations déplacées étaient ainsi vouée à s’éteindre.

C’est pourquoi on trouve désormais très peu de descendants des esclaves noirs dans les sociétés du monde arabe, à l’inverse du Brésil, des États-Unis ou des îles de la Caraïbe qui abriteraient environ 70 millions de descendants des anciens esclaves africains contre à peine 1 million dans les pays arabes.

« Le sort qui était réservé en fait aux captifs africains apparaît aujourd’hui avec le recul, comme une sorte d’extinction ethnique à terme, mais programmée par castrations massives. On sait aujourd’hui qu’ils ont pratiquement tous disparu, en dépit des masses énormes d’Africains déportés dans les pays arabo-musulmans », explique Tidiane N’Diaye.

Crédit: Hulton Archive/Getty Images

Un phénomène qui perdure encore aujourd’hui

Selon le chercheur, il resterait encore plusieurs dizaines de millions de personnes asservies dans le monde à l’heure actuelle, dont une grande partie dans le monde arabo-musulman où l’esclavage perdurerait de fait dans certains pays, notamment en Mauritanie (où l’esclavage n’a été officiellement aboli qu’en 1980), au Liban, en Libye, en Arabie Saoudite (où l’esclavage était légal jusqu’en 1962) et dans les pays du Golfe.

« Ce qui se passe en Libye aujourd’hui avec des marchés d’esclaves africains, c’est tout simplement une sorte de continuité dans le traitement que les arabo-musulmans réservaient aux Africains. »

« Les étudiants africains qui vivent au Maghreb sont traités souvent d’une façon assez ignoble. Des servantes africaines se voient confisquer leur passeport au Liban ou ailleurs », souligne ainsi Tidiane N’Diaye.

Crédit :  TAHA JAWASHI/AFP/Getty Images

Bien que certains intellectuels et historiens africains courageux se soient déjà intéressés à ce chapitre méconnu du Continent noir, la traite trans-saharienne et orientale reste encore un sujet tabou dans de nombreuses sociétés africaines.

Tidiane N’Diaye parle même « d’amnésie volontaire de la part des élites noires sur la question », expliquant que « beaucoup de chercheurs ont encore du mal à passer d’une vision mémorielle affective de cette histoire – évidemment pour des question de solidarité religieuse –, à une approche distanciée et scientifique d’une histoire qui ne traite que des faits avérés ».

Il affirme pourtant la nécessité de faire un travail de mémoire « pour que les horreurs du passé ne tombent jamais dans l’oubli ».

« S’il y eut en Occident tous ces mouvements abolitionnistes pour mettre fin à la traite transatlantique et, plus tard, contre le crime trans-saharien et oriental, on ne trouve nulle trace d’initiatives équivalentes dans le monde arabo-musulman, ni aucune repentance jusqu’à ce jour. »

« Il n’y a pas de degrés dans l’horreur, ni de monopole de la souffrance ; mais la page devrait être écrite », conclut l’anthropologue.

via TheEpochtimes

CULTURE

Ces stars hollywoodiennes qui ont célébré le Nouvel An 2019 au Ghana

Published

on

Peu de temps avant Noël, l’acteur germano-germano-allemand Boris Kodjoe a annoncé qu’il envahirait le Ghana avec certaines des plus grandes célébrités du monde. Eh bien, il l’a fait, et voir leurs photos sur les médias sociaux prouve qu’ils se sont bien amusés.

« Le gouvernement ghanéen a mis sur pied le festival » Full Circle Festival « afin de rendre hommage à ses ancêtres en célébrant le patrimoine et l’héritage générationnel du pays ».

À Washington, DC, en septembre 2018, la présidente du Ghana, Nana Akufo-Addo, a déclaré et officiellement lancé «l’Année du retour, Ghana 2019» pour les Africains de la diaspora, donnant ainsi un nouvel élan à la quête des Africains du continent avec leurs frères sœurs de la diaspora

La décision de faire venir ces célébrités au Ghana s’inscrivait dans le cadre de son « Année du retour 2019 pour les diasporans », qui vise à inviter les Afro-Américains et la diaspora noire à revenir dans leur pays d’origine. Ce voyage des célébrités marque le premier événement de « L’année du retour 2019 ».

Voici quelques-unes des célébrités qui ont visité le Ghana avec Boris et ce qu’elles ont fait pendant leur séjour:

Gauche à droite: Michael Jai White, Djimon Hounsou, Boris Kodjoe, Anthony Anderson et Jidenna
Naomi Campbell avec la présidente du Ghana, Nana Akufo-Addo
Tarrus Riley et Anthony Anderson
Gauche à droite: Tarrus Riley, Ebro Darden et Morgan Heritage
Idris Elba et Michael Jai White

Boris Kodjoe, explique le but du festival Full Circle

Source: Pulse.com.gh

Continue Reading

Histoire

La princesse Guimbi Ouattara, l’héroïne du XIXe siècle qui a utilisé la diplomatie pour protéger sa ville au Burkina Faso

Published

on

Portrait de la princesse Guimbi Ouattara

Dans les temps anciens en Afrique, les femmes influentes étaient nombreuses. De la grande reine Nzingha à la brave Yaa Asantewaa, l’histoire de l’Afrique regorge de femmes qui ont défendu les sans défense et protégé les plus faibles.

La princesse Guimbi Ouattara était une autre héroïne importante dans l’histoire du Burkina Faso. Au début du XVIIIe siècle, elle défendit Bobo Dioulasso contre les envahisseurs du sud et, contrairement à ce que certains explorateurs blancs pensaient des Africains, elle présentait une valeur fondamentale d’Africain en fournissant un abri et même en protégeant les premiers explorateurs.

La princesse Guimbi Ouattara est née vers 1836 mais a perdu son père à l’âge de trois ans. Son père était Bakomi, le roi de Ouattara à Bobo Dioulasso. Leur royaume était Kong et, dès son plus jeune âge, elle vivait à Kong. À 15 ans, elle s’est mariée mais est devenue veuve trois fois. La légende raconte qu’elle n’avait pas d’enfants, mais ses vertus cosmopolites et ses qualités de chef se sont rapidement fait sentir.

Portrait de la princesse Guimbi Ouattara

En effet, Guimbi était populaire pour deux raisons fondamentales. Elle était non seulement hospitalière mais possédait également une perspicacité diplomatique exemplaire. Elle avait de nombreux esclaves et les entretient avec eux, ainsi qu’une petite armée avec laquelle elle protégeait son peuple. Mais elle était aussi très hospitalière. Lorsque les explorateurs français ont atterri dans sa région, elle les a reçus et protégés, au risque de gagner la colère de ses compatriotes.

Cependant, certaines personnes ont dit que c’était la diplomatie à son meilleur, car elle savait qu’elle ne serait pas capable de les combattre de toute façon et qu’au lieu de perdre leur mode de vie et de provoquer des effusions de sang inutiles, il valait mieux les adopter. Cependant, certains analystes pensent que ce n’était pas le cas. Elle était purement un ange sous forme humaine. Quelle que soit la raison, même les explorateurs français à cette époque lui ont donné une grande estime pour être un leader si aimable et l’ont louée à plusieurs reprises.

Alors qu’il vivait à Kong, Bobo Dioulasso était devenu une zone de guerre et parce que Bobo Dioulasso était un État démocratique qui n’avait pas une armée permanente; ils ont appelé Kong pour aider et Guimbi, une princesse de Kong a été envoyée pour les protéger. Non seulement elle a neutralisé les envahisseurs, mais elle a également empêché diplomatiquement Samory Touré, un roi de Guinée, d’essayer d’anéantir le peuple de Kong.

Samory avait demandé à Kong de se joindre à lui pour combattre les forces françaises, mais ils ont refusé. Samory croyait que Kong collaborait avec l’ennemi et jurait de les tuer, en particulier la dynastie des Ouattara de Kong dont Guimbi faisait partie. Lorsque Guimbi a eu vent de cette menace, elle s’est tournée vers Samory en l’accueillant chaleureusement et a présenté des boissons que Samouri et son armée ont pris avec beaucoup de joie. Certains croyaient que c’était une potion magique.

Par la suite, Samory a changé d’idée et a commencé à plutôt parler de paix. Plutôt que de tuer le peuple de Kong, Samory a dirigé sa colère contre le peuple Tiefo, un ennemi commun à Samory et à Guimbi. C’est ainsi que Guimbi a sauvé Bobo-Dioulasso.

Pour ses réalisations exceptionnelles, un mausolée digne de ce nom a été érigé en l’honneur de Guimbi et elle a été considérée comme l’une des héroïnes épiques du Burkina Faso.

Avec Face2face Africa
Continue Reading
Advertisement

Facebook

BUZZ

Translate »