Connect with us

CULTURE

Koiffure Kitoko Saison 3: La Guinéenne Patricia repart avec les 5 millions

Published

on

Patricia Lamah vainqueur de Koiffure Kitoko 2018

Lancée les 3 Mars dernier, « Koiffure Kitoko » l’émission de  télé-réalité de la chaîne A+ qui met en compétition des professionnels de la coiffure d’Afrique francophone ( Le Bénin, Le Togo, Le Burkina Faso, Le Congo, Le Gabon, Le Sénégal, La Côte d’Ivoire et La Guinée ) a connu son dénouement ce  samedi 21 Avril 2018  avec la victoire de la Guinéenne Patricia Lamah.

La Guinée qui était á sa première participation dans cette compétition monte ainsi sur la plus haute marche du podium devant le Togo grâce á sa talentueuse candidate.

Patricia est une coiffeuse très réputée dans la capitale Guinéenne Conakry où elle possède son propre salon de coiffure. Depuis le début de la compétition elle a toujours cru en sa victoire, elle n’a cessé de le marteler sur son compte facebook où elle signait sous chaque publication, je vais le faire pour la Guinée.

Elle savait que la compétition serait très rude mais elle s’est accrochée et n’a rien lâché !

Après donc six semaines de compétition, son talent, son sourire et sa joie de vivre ont fini par mettre tout le monde d’accord sur son choix comme la meilleure coiffeuse d’Afrique.

Pour cette 3eme édition, en plus des nombreux lots en nature, la vainqueur repart avec la somme de 5 000 000 FCFA et un Tablier d’or. La seconda la somme de 3 000 000 FCFA et la troisième, la somme de 1 500 000 FCA.

 

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt + seize =

CULTURE

Le Sénégalais Youssou N’dour intègre l’académie royale de musique de Suède

Published

on

Youssou N’dour figure parmi les neuf nouveaux membres de la prestigieuse Académie royale de musique de Suède. L’artiste sénégalais a été présenté comme un « innovateur » de la musique traditionnelle ouest-africaine.

L’académicien africain

Youssou N’dour, premier Africain à rejoindre cette prestigieuse institution fondée au 18e siècle, n’est pas peu fier d’intégrer l’Académie royale de musique de Suède. Le chanteur et compositeur sénégalais, qui fait résonner la musique traditionnelle africaine partout dans le monde, accueille cette « promotion » avec humilité et la considère comme « un pas de plus » pour l’Afrique, se réjouit-il sur sa page Facebook.

L’écho de la musique traditionnelle

Youssou N’dour fait partie des cinq membres étrangers qui ont font leur entrée à l’Académie suédoise aux côtés du chef d’orchestre américain Kent Nagano ou bien encore la claveciniste et chef d’orchestre française Emmanuelle Haïm, souligne APS, l’agence de presse sénégalaise. L’auteur et compositeur sénégalais, présenté comme « un innovateur » de la musique ouest-africaine, a été salué pour avoir développé une musique contemporaine en se basant sur un patrimoine musical traditionnel.

Avec son groupe Super Etoile de Dakar, le roi du Mbalax (nom wolof d’un genre musical) a fait connaître la musique populaire du Sénégal en collaborant avec de grands artistes du monde entier comme Peter Gabriel (Shaking The Tree), Paul Simon (Diamonds On the Soles of Her Shoes), Wiclef Jean (How Come), Neneh Cherry (Seven Seconds), et bien d’autres.

Les neuf nouveaux membres de l\'Académie, quatre suédois et cinq étrangers, parmi lesquels Youssou N\'dour
Les neuf nouveaux membres de l’Académie, quatre suédois et cinq étrangers, parmi lesquels Youssou N’dour (Académie royale de musique de Suède)

Ce n’est pas la première fois que l’artiste engagé, qui a été ministre de la Culture au Sénégal, est récompensé pour sa musique et son talent. Youssou N’dour a déjà reçu de nombreux prix internationaux comme le Polar Music Prize en Suède, ou le Praemium Imperiale considéré comme le « Nobel des arts » au Japon.

 

  • francetvinfo.fr/

 

Continue Reading

Business

Kanye West est officiellement le deuxième rappeur milliardaire de l’histoire

Published

on

L’heure de la consécration a sonné pour Kanye West. Ce vendredi 24 avril, le magazine Forbes a annoncé que la fortune personnelle du rappeur avait franchi la barre du milliard de dollars.

En 2019, Jay-Z devenait le premier rappeur milliardaire de l’histoire. Une fortune qu’il doit à ses possessions immobilières, son label Roc Nation, sa plateforme de streaming musical Tidal, sa collection d’œuvres d’art ou encore ses investissement dans le cognac et le champagne. Un an plus tard, c’est Kanye West qui rejoint à son tour le club très fermé des milliardaires, comme l’a annoncé le magazine américain Forbes, ce vendredi 24 avril. Avec un capital personnel estimé à 1,3 milliard de dollars, le mari de Kim Kardashian est officiellement le deuxième rappeur le plus riche du monde.

Kanye West milliardaire grâce à la mode

S’il est considéré comme l’un des plus gros vendeurs de l’industrie musicale, Kanye West doit ce nouvel accomplissement à sa marque de sneakers Yeezy, développée avec Adidas et dont les modèles se vendent à plus de 200 dollars la paire. « Selon Forbes, les revenus tirés de sa marque sont légèrement supérieurs au milliard de dollars et expliquent donc à eux seuls son nouveau statut financier », indique l’AFP. Et de préciser : « Le reste de son argent lui vient principalement de ses propriétés, explique Forbes, qui note que le rappeur est très dépensier (il possède notamment un tank). »

Kanye West revendiquait le statut de milliardaire depuis plusieurs années et s’était même brouillé avec le magazine économique, qui refusait jusqu’ici de le faire figurer dans son classement. Le troisième rappeur le plus riche du monde est Dr. Dre avec 800 millions de dollars. Puff Daddy et Drake sont respectivement quatrième et cinquième avec des fortunes estimées à 740 millions de dollars pour l’un et 150 millions de dollars pour l’autre.

 

Tele-loisir

Continue Reading

CULTURE

Le saxophoniste camerounais Manu Dibango est mort des suites du Covid-19 à 86 ans

Published

on

Légende de l'afro-jazz, le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19
Le saxophoniste Manu Dibango est mort à 86 ans des suites du Covid-19, ont indiqué ses proches mardi dernier. Le chanteur et musicien de jazz camerounais était hospitalisé en région parisienne après avoir été contaminé par le virus.

« Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s’élève au lointain… C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du Covid-19 », a annoncé la famille du saxophoniste dans un communiqué.

Manu Dibango durant un concert à Abidjan en 2018.

60 ans de carrière et auteur d’un des plus grands tubes planétaires de la musique world, « Soul Makossa » (1972),

Né à Douala, Emmanuel N’Djoke Dibango était arrivé à Marseille en 1949. Fait chevalier de la Légion d’honneur en 2010, « Papa Manu » avait célébré ses 60 ans de carrière l’an dernier avec son « Safari symphonique » mêlant jazz et musique classique.

« Soul Makossa », le morceau qui l’a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n’était au départ que la face B d’un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l’album « Thriller ». Un accord financier avait finalement été trouvé.

Le 18 mars, la contamination de l’artiste avait été annoncée sur sa page Facebook« Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible », indique la famille dans son communiqué.

Continue Reading

BUZZ

Translate »