Connect with us

CULTURE

Koiffure Kitoko Saison 3: La Guinéenne Patricia repart avec les 5 millions

Published

on

Patricia Lamah vainqueur de Koiffure Kitoko 2018

Lancée les 3 Mars dernier, « Koiffure Kitoko » l’émission de  télé-réalité de la chaîne A+ qui met en compétition des professionnels de la coiffure d’Afrique francophone ( Le Bénin, Le Togo, Le Burkina Faso, Le Congo, Le Gabon, Le Sénégal, La Côte d’Ivoire et La Guinée ) a connu son dénouement ce  samedi 21 Avril 2018  avec la victoire de la Guinéenne Patricia Lamah.

La Guinée qui était á sa première participation dans cette compétition monte ainsi sur la plus haute marche du podium devant le Togo grâce á sa talentueuse candidate.

Patricia est une coiffeuse très réputée dans la capitale Guinéenne Conakry où elle possède son propre salon de coiffure. Depuis le début de la compétition elle a toujours cru en sa victoire, elle n’a cessé de le marteler sur son compte facebook où elle signait sous chaque publication, je vais le faire pour la Guinée.

Elle savait que la compétition serait très rude mais elle s’est accrochée et n’a rien lâché !

Après donc six semaines de compétition, son talent, son sourire et sa joie de vivre ont fini par mettre tout le monde d’accord sur son choix comme la meilleure coiffeuse d’Afrique.

Pour cette 3eme édition, en plus des nombreux lots en nature, la vainqueur repart avec la somme de 5 000 000 FCFA et un Tablier d’or. La seconda la somme de 3 000 000 FCFA et la troisième, la somme de 1 500 000 FCA.

 

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − 4 =

CULTURE

Le joueur de Kora Ballaké Sissoko accuse la douane américaine d’avoir cassé son instrument

Published

on

Le Malien Ballaké Sissoko, l’un des plus grands joueurs de « kora » au monde, accuse les agents qui ont inspecté ses bagages à l’aéroport de New York d’avoir cassé son instrument.

À son retour à Paris, le 4 février, après une tournée américaine, le musicien malien Ballaké Sissoko a découvert que sa kora avait été démontée. Cela revient, dit-il, à la détruire. Ballaké Sissoko assure que cette kora, un instrument fait sur mesure dont il jouait depuis une dizaine d’années, sera impossible à réparer.

Choqué de voir son instrument en pièces détachées, l’artiste a décidé de publier un post sur Facebook qui est écrit par sa productrice de musique britannique Lucy Durán. Un message à travers lequel il accuse les douanes américaines d’avoir cassé sa Kora.  » Aujourd’hui, le 4 février 2020, l’un des artistes les plus remarquables d’Afrique, le joueur exceptionnel kora du Mali, Ballaké Sissoko vient d’avoir sa kora sur mesure entièrement détruit par les douanes américaines, sans aucune justification. » lit-on sur Facebook.

Communiqué pour diffusion immédiate Ballake Sissoko / NØ FØRMAT! / Mad Minute Music Thanks to Lucy Durán for the…

Gepostet von Ballake Sissoko am Mittwoch, 5. Februar 2020

« Un divorce forcé, un sabotage »

Pour l’artiste, il s’agit d’un divorce forcé, puisque son instrument lui a été crée sur mesure.« C’est énervant parce que pour moi, c’est un sabotage, a-t-il réagi. On ne peut pas en avoir plusieurs. Pour moi, ma kora, c’est ma vie. Tu le connais par coeur. Je n’ai pas les mots. C’est la première personne de ma famille. Tout ce que je suis en train de faire, c’est grâce à lui. C’est comme un divorce forcé. » s’est t-il exprimé.

L’Administration de la sécurité des transports, une agence du département de la Sécurité intérieure, a laissé une note sur l’étui de la kora, précisant qu’elle avait fait l’objet d’une inspection.

Continue Reading

CULTURE

Farafina Mousso, 5 femmes africaines primées à New York

Published

on

Le samedi 12 octobre s’est tenu à Brooklyn, New York la 2e édition de la remise des prix annuels Farafina Mousso décernés par la structure Richissism Prod. Ces prix récompensent chaque année cinq femmes africaines pour leurs réalisations et leurs rôles de leadership au sein de la communauté africaine dans la diaspora aux Etats-Unis.

Cette 2ème édition des Farafina Mousso était placée sous le thème de soutien aux femmes et orphelins victimes du terrorisme en Afrique de l’ouest pour qui une levée de fonds a été lancée en ligne pour collecter des fonds afin de les soutenir. 

Mme Safiya Bandeley, une opératrice économique américaine attachée aux valeurs africaines et marraine de la cérémonie n’a pas manqué d’appeler les africains à l’union et à la solidarité, puis d’encourager et d’appeler au soutien des projets comme Farafina Mousso qui mettent en valeur les femmes africaines.

Pour cette année, les cinq étoiles Farafina Mousso étaient originaires de cinq différents pays de la sous-région ouest-africaine, il s’agit de :

  • Mme PULCHERIE SIMPSON du BENIN
  • Mme TENE OUEDRAOGO du BURKINA FASO 
  • Mme DOUSSOU CONDE  de la GUINÉE 
  • Mme MADOUSSOU TRAORE du MALI
  • Mme TANIA DEKADJEVI du TOGO

Cinq femmes qui au cours de l’année écoulée se sont distinguées par leurs actions, leur influence au sein des communauté africaine aux Etats-Unis.
Elles sont toutes reparties avec des trophées, et de nombreux lots offerts par Richissime Prod et l’ONG Farafina Mousso

L’innovation, cette année, a été la projection d’un film intitulé « Ouaga Girls » de la Burkinabè Theresa Traoré Dahlberg. Ce film très instructif parle d’un groupe de jeunes filles battantes de Ouagadougou au Burkina Faso qui ont décidé de se former à la mécanique automobile, un secteur généralement réservé aux hommes. 
Pour la commissaire des Farafina Mousso, Mlle Stephnie Hien, en plus de répondre aux objectifs de Farafina Mousso, les valeurs de courage, d’abnégation et de travail que dégage ce film, on motive son choix pour être projeté en ouverture de cette cérémonie.

Cette soirée fut aussi un moment de partage d’expérience avec plusieurs invités de marques qui se sont exprimés au pupitre dont Mme Roxanne Curtis Small conseillère en investissement financier qui a encouragé les uns et les autres au travail et a l’autonomisation.

En plus des prix remis aux 5 lauréates de l’édition 2019 de Farafina Mousso, des certificats de reconnaissance ont été remis à des partenaires pour leur soutien à la réussite de cette cérémonie.

Continue Reading

CULTURE

La conférence de presse de lancement de Farafina Mousso 2019

Published

on

La table de séance avec Mlle Stéphanie Hien, la Présidente du comité d'organisation et les deux co-animateurs de cette conférence M Rene Lamah et Mme Mariama Jalloh

Dans le cadre de la 2e édition de Farafina mousso, la cérémonie de remise de distinctions aux femmes africaines de la diaspora pour leur leadership et leurs impacts positifs sur leurs communautés, une conférence de presse a été initiée par la structure Richissime Prod  pour présenter et  lancer officiellement l’édition 2019 de ce prestigieux évènement annuel panafricain.

Cette conférence de presse qui a eu lieu, le samedi le 16 février, au Salis Café å Brooklyn, New York a vu la participation de tous les médias partenaires. Outre la presse, les sponsors et autres partenaires technique ont aussi assisté à cette conférence pour s’imprégner de ce qui est attendu cette année.

Cette 2e édition de Farafina Mousso dont le thème est :l’autonomisation de la femme africaine se déroulera le 16 mars prochain avec le Mali comme pays invité d’honneur.

Selon la conférencière principale, Mlle Stéphanie Hien par ailleurs Présidente du comité d’organisation, en plus de tout ce qui a été fait l’année dernière comme Remise de trophées, Expositions artistique, prestations d’artistes,  cette nouvelle édition verra de nouvelles innovations. 

Au titre de ces innovations, on peut citer entre autre l’instauration d’un réseau d’ambassadrices Farafina Mousso dont le rôle sera de servir de mentors aux jeunes générations á travers des programmes qui touchent á divers domaines spécifiques comme la culture, l’entrepreneuriat, l’art pour ne citer que ceux-ciComme autre innovation, on peut aussi citer l’initiation d’une opération de collecte de  ressources matériels en collaboration avec l’organisation internationale Africa Crossroad Development pour soutenir des cas sociaux spécifiques en Afrique et accompagner des projets de développement ruraux en Afrique. 

À pratiquement un mois de la tenue de cette somptueuse soirée gala qui verra 5 nouvelles étoiles de diaspora couronnées, les organisateurs se sont dits confiants et fin prêts, mais ils ont aussi mentionné qu’ils restaient toujours ouverts á d’éventuels partenariats et sponsoring.  

Après des échanges fructueux entre les conférenciers et l’ensemble de l’assistance, c’est par un cocktail que les participants se sont dits au revoir après s’être donnés rendez-vous pour le gala du 16 mars prochain.

Continue Reading
Advertisement

Facebook

BUZZ

Translate »