Connect with us

News

Huit pays d’Afrique de l’Ouest veulent abandonner le franc CFA pour adopter l’«Eco»

Published

on

© ISSOUF SANOGO Source: AFP

Les 15 pays de la Cédéao ont annoncé la création d’une monnaie commune, l’«Eco», qu’ils ambitionnent de mettre en circulation à l’horizon 2020. Pour huit d’entre eux, cela signifie abandonner le franc CFA, qu’ils utilisent depuis des décennies.

S’agit-il du début de la fin pour le franc CFA ? Réunis à Abuja, au Nigeria, le 29 juin, les chefs d’Etats et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), ont pris une décision majeure en ce sens, adoptant formellement le nom d’«Eco» pour le projet de monnaie unique en Afrique de l’Ouest dont ils souhaitent la création dès 2020.

Cette nouvelle monnaie entend donc remplacer le franc CFA dans les huit pays de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) qui l’utilisent, et les devises de sept autres pays de l’organisation. Si le projet est en discussion depuis de nombreuses années, il a pu être finalisé suite au revirement du Nigeria, qui à lui seul représente 60% de la population et 70% du PIB de la Cédéao.



La disparition totale du franc CFA, actuellement utilisé dans 15 pays, n’est toutefois pas encore d’actualité, puisqu’il demeurera la monnaie des sept pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), qui disposent d’une banque centrale indépendante.

Approche graduée pour l’adoption

Le communiqué final adopté à Abuja «réaffirme l’approche graduée [pour l’adoption] de la monnaie unique en commençant par les pays qui atteignent les critères de convergence», notamment concernant l’inflation et le déficit budgétaire, déjà évoqués lors de rencontres préparatoires. La Cédéao a également opté pour un «régime de change flexible» par rapport aux monnaies internationales, assorti d’une politique monétaire centrée sur la maîtrise de l’inflation.

Si l’objectif est résolument ambitieux, la feuille de route paraît difficile à suivre pour une implantation dès 2020. Comme le soulignent les conclusions de travaux préparatoires adoptées le 18 juin dernier à Abidjan, les pays de la Cédéao devront redoubler d’efforts s’ils veulent tenir ces délais, aucun des 15 Etats membres ne respectant à l’heure actuelle les «critères de convergence» retenus, proches de ceux qui avaient présidé à la création de l’euro il y a une vingtaine d’années. Or le respect de ces critères est une «condition sine qua non pour la création d’une union monétaire crédible», ont insisté les experts et ministres réunis il y a dizaine de jours dans la capitale économique ivoirienne.

En tout état de cause, avant d’être une révolution économique, cette décision est un symbole politique fort, le franc CFA – arrimé à l’euro selon une parité fixe garantie par la France – étant considéré par ses détracteurs comme une réminiscence de l’empire colonial français.

News

Interdiction de voyage aux USA : Trump veut ajouter 4 autres pays africains

Published

on

Le président américain Donald Trump a déclaré dans une interview lors du Forum économique mondial qui a lieu à Davos pour annoncer qu’il envisageait d’ajouter des pays à l’interdiction de voyager aux Etats-Unis.

« Nous ajoutons quelques pays (à cette liste). Nous devons rester en sécurité. Notre pays doit être en sécurité » a notamment martelé Donald Trump dans sa déclaration. Il n’a toutefois pas donné le nom de ces nouveaux pays qui s’ajoutent à la liste.

On retient juste que ces nouveaux pays sont au nombre de sept et se situent sur le continent africain et asiatique. A en croire une publication qui a été faite au matin de ce mercredi 22 janvier par le Wall Street Journal, 4 des sept pays ciblés par l’administration Trump sont en Afrique. Il s’agit du Nigéria, de l’Erythrée, du Soudan et de la Tanzanie.

Le premier décret visait des pays majoritairement musulmans

En Asie, il y a le Belarus,  le Kirghizstan et la Birmanie. Le premier décret du président américain à ce sujet interdisait l’entrée dans son pays à des ressortissants de pays majoritairement musulmans.

Il concernait sept pays : « Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen ». Plusieurs compagnies aériennes avaient été dans l’obligation de refuser l’embarcation aux passagers originaires de ces pays et qui sont en partance pour les Etats-Unis. La décision avait suscité beaucoup de réactions dans le monde entier.

Continue Reading

News

[VIDÉO] En plein procès, il prend dans ses bras celle qui a tué son frère

Published

on

Un moment particulièrement touchant s’est déroulé mercredi à Dallas, quand le frère de la victime d’une ex-policière s’est levé pour prendre dans ses bras celle qui a été condamnée à 10 ans de prison.

• À lire aussi – 10 ans de prison pour une policière blanche qui avait tué son voisin noir

L’ex-policière américaine blanche a été condamnée mercredi à 10 ans de prison pour avoir abattu chez lui, au Texas, en 2018, un voisin noir. Elle avait par la suite affirmé s’être trompée d’appartement.

Amber Guyger, qui venait de terminer son service et portait encore son uniforme, était entrée dans un appartement à l’étage au-dessus du sien le 6 septembre 2018. Dans la pénombre, pensant avoir affaire à un intrus, elle avait ouvert le feu sur le jeune homme de 26 ans, qui était assis sur son canapé et n’était pas armé.

Brandt Jean, 18 ans et frère de la victime, s’est directement adressé à l’ex-policière en cour, pour lui dire qu’il ne souhaitait pas la voir pourrir en prison.

«Je vous aime en tant que personne. Je ne vous souhaite rien de mal», a-t-il déclaré, ému.

Le jeune homme a alors demandé à la juge Tammy Kemp la permission d’enlacer la condamnée.

Brandt Jean a rejoint Amber Guyger sur le plancher du tribunal, puis ils se sont serrés dans les bras l’un de l’autre, offrant aux personnes présentes un moment d’une rare intensité.

L’avocat de l’ex-policière a avoué que la scène était «la chose la plus incroyable qu’il ait vue dans une salle d’audience».

Lors du procès, qui s’est ouvert début septembre, la jeune femme avait expliqué avoir garé sa voiture au mauvais étage, sans se rendre compte de son erreur, puis s’être dirigée vers le mauvais appartement.

Elle soutenait avoir commis une «tragique erreur» de jugement due à une longue journée de travail, disant avoir tiré par «peur de mourir».

L’accusation a également révélé mercredi, avant la délibération du jury, l’existence de messages racistes envoyés à son partenaire quelques mois avant le drame.

Initialement poursuivie pour «homicide involontaire», Amber Guyger avait ensuite été inculpée pour «meurtre». Elle a été licenciée de la police de Dallas, pour laquelle elle travaillait depuis quatre ans.

 

avec JDM

Continue Reading

News

États-Unis. Une une policière blanche condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son voisin noir

Published

on

Une ex-policière américaine Blanche de Dallas, au Texas, qui affirme avoir tué par erreur son voisin noir après s’être trompée d’appartement, a été reconnue coupable du meurtre de l’homme en question, mardi.

Jugée par un tribunal de Dallas, Amber Guyger, 31 ans, avait été reconnue mardi coupable de meurtre sur la victime, Botham Jean.

Elle encourait entre cinq et 99 ans de prison. L’accusation réclamait qu’elle soit condamnée à 28 ans de réclusion, l’âge qu’aurait eu aujourd’hui sa victime.

Après l’énoncé de la sentence, la juge Tammy Kemp est allée enlacer la mère de Botham Jean, Allison, en lui glissant quelques mots à l’oreille. Elle a ensuite brièvement échangé avec la condamnée, qui devait être incarcérée dès sa sortie du tribunal

Au Texas, la peine pour meurtre varie entre 5 et 99 ans de prison. Le jury devrait revenir en cour, mardi après-midi, pour la phase de détermination de la peine.

Les faits liés à cette mort inhabituelle n’ont pas été contestés durant le procès. En septembre 2018, l’accusée s’est rendue au logement de la victime, situé directement au-dessus du sien, et elle a constaté que la porte était déverrouillée.

La femme n’était plus en service, mais portait toujours son uniforme, après un long quart de travail, lorsqu’elle a abattu M. Jean avec son arme de service. L’homme de 26 ans mangeait de la crème glacée avant que l’ex-policière n’entre dans son logement.

M. Jean, qui a grandi dans le pays caribéen de Sainte-Lucie, est arrivé aux États-Unis pour  ses études l’Université et a commencé sa carrière comme comptable.

Sa mort par balle a suscité un fort intérêt en raison des circonstances étranges de l’événement, mais aussi parce qu’il s’agissait d’un nouveau cas d’hommes noirs sans armes abattus par des policiers blancs.

Un homme noir de 26 ans ayant été à l’université, qui a reçu sa formation de comptable, et qui travaillait pour l’une des trois plus grandes firmes comptables du monde… Tout cela ne devrait pas être nécessaire pour que les Américains noirs et basanés obtiennent justice dans ce pays, a déclaré Benjamin Crump, l’un des avocats de la famille Jean.

Me Crump affirme que, désormais, les policiers ne peuvent pas se cacher derrière leur badge, mais ils devront plutôt faire face à la justice pour leurs gestes illégaux.

Le jury qui a présenté un verdict de culpabilité était largement composé de femmes et de gens provenant des minorités culturelles.

Mme Guyger a été arrêtée trois jours après les faits. Elle a par après été congédiée et accusée de meurtre, mais n’a pris publiquement la parole à ce sujet que lors de son témoignage, vendredi dernier.

Continue Reading
Advertisement

Facebook

BUZZ

Translate »