Connect with us

News

Huit pays d’Afrique de l’Ouest veulent abandonner le franc CFA pour adopter l’«Eco»

Published

on

© ISSOUF SANOGO Source: AFP

Les 15 pays de la Cédéao ont annoncé la création d’une monnaie commune, l’«Eco», qu’ils ambitionnent de mettre en circulation à l’horizon 2020. Pour huit d’entre eux, cela signifie abandonner le franc CFA, qu’ils utilisent depuis des décennies.

S’agit-il du début de la fin pour le franc CFA ? Réunis à Abuja, au Nigeria, le 29 juin, les chefs d’Etats et de gouvernement de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), ont pris une décision majeure en ce sens, adoptant formellement le nom d’«Eco» pour le projet de monnaie unique en Afrique de l’Ouest dont ils souhaitent la création dès 2020.

Cette nouvelle monnaie entend donc remplacer le franc CFA dans les huit pays de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA) qui l’utilisent, et les devises de sept autres pays de l’organisation. Si le projet est en discussion depuis de nombreuses années, il a pu être finalisé suite au revirement du Nigeria, qui à lui seul représente 60% de la population et 70% du PIB de la Cédéao.



La disparition totale du franc CFA, actuellement utilisé dans 15 pays, n’est toutefois pas encore d’actualité, puisqu’il demeurera la monnaie des sept pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), qui disposent d’une banque centrale indépendante.

Approche graduée pour l’adoption

Le communiqué final adopté à Abuja «réaffirme l’approche graduée [pour l’adoption] de la monnaie unique en commençant par les pays qui atteignent les critères de convergence», notamment concernant l’inflation et le déficit budgétaire, déjà évoqués lors de rencontres préparatoires. La Cédéao a également opté pour un «régime de change flexible» par rapport aux monnaies internationales, assorti d’une politique monétaire centrée sur la maîtrise de l’inflation.

Si l’objectif est résolument ambitieux, la feuille de route paraît difficile à suivre pour une implantation dès 2020. Comme le soulignent les conclusions de travaux préparatoires adoptées le 18 juin dernier à Abidjan, les pays de la Cédéao devront redoubler d’efforts s’ils veulent tenir ces délais, aucun des 15 Etats membres ne respectant à l’heure actuelle les «critères de convergence» retenus, proches de ceux qui avaient présidé à la création de l’euro il y a une vingtaine d’années. Or le respect de ces critères est une «condition sine qua non pour la création d’une union monétaire crédible», ont insisté les experts et ministres réunis il y a dizaine de jours dans la capitale économique ivoirienne.

En tout état de cause, avant d’être une révolution économique, cette décision est un symbole politique fort, le franc CFA – arrimé à l’euro selon une parité fixe garantie par la France – étant considéré par ses détracteurs comme une réminiscence de l’empire colonial français.

News

Nigeria: Le célèbre festival de pêche d’Argungu reprend après 10 ans d’interruption due à l’insécurité.

Published

on

Le Festival international de la culture et de la pêche d'Argungu nscrit en 2016 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité
 L’un des évènements culturels les plus célèbres du Pays, le festival d’Argungu, qui attire chaque année des milliers de pêcheurs, s’est tenu pour la première fois depuis plus de 10 ans, après avoir été suspendu à cause de l’insécurité dans le nord du pays.
Tous les ans, les communautés se réunissent au nord-ouest du Nigéria pour participer au Festival international de la culture et de la pêche d’Argungu près de la rivière Matan Fada. Le festival est organisé entre la fin février et mars, inclut le kabanci, série de compétitions aquatiques comptant la pêche à mains nues, la course de canoë, la capture de canards sauvages, ainsi que d’autres pratiques traditionnelles telles que les formes locales de lutte et de boxe
Le festival, qui dure quatre jours, a été créé en 1934 pour symboliser la paix retrouvée entre les communautés d’Argungu dans l’ancien royaume de Kebbi (nord-ouest) et le califat voisin de Sokoto, qui se sont longtemps affrontés par des guerres et des razzias. Mais les autorités avaient décidé de suspendre cet évènement très populaire en 2010, à cause de l’insécurité dans le nord et notamment de l’insurrection jihadiste de Boko Haram, alors à ses débuts, qui a fait depuis quelque 35.000 morts et près de deux millions de déplacés.
Cette année, beaucoup de responsables politiques de premier plan ont fait le déplacement pour célébrer la reprise du festival – y compris le président Muhammadu Buhari jeudi lors de son ouverture – où régnait un enthousiasme et une ferveur particulière. « Nous sommes très excités et tellement heureux (…) que le festival de pêche d’Argungu revienne », a affirmé un commerçant Aliu Aliko, venu assister à l’évènement au milieu d’une foule compacte malgré la chaleur étouffante.
Le point d’orgue du festival est un concours de pêche traditionnelle dans les eaux boueuses de la rivière Sokoto, dont les plus belles prises sont ensuite fièrement exposées aux visiteurs.
Continue Reading

News

Trump nomme le premier officier noir au poste de chef d’état-major de la US Air Force

Published

on

Général Charles Q. Brown Jr. Ph: Twitter/U.S. Air Force.

Le général Charles Q. Brown Jr. officier de 37 ans de carrière qui dirige actuellement les Forces aériennes du Pacifique a été nommé par le Président Trump pour être le prochain chef d’état-major de la Force aérienne Américaine (US Air Force).

Il sera le premier officier noir à occuper ce poste d’Etat Major de l’armée l’air américaine en attendant la confirmation du Sénat.

Le général Brown est Diplômé de l’Université Texas Tech, il est un pilote commandant de bord avec plus de 2 900 heures de vol à son actif – dont 130 heures de combat – pilotant principalement le F-16 Fighting Falcon. Il a commandé un escadron de chasse, deux ailes de chasse et l’élément Air Force du commandement central américain.

 

Continue Reading

News

Sahara Occidental: le Nigeria prend position pour la République sahraouie et tacle le Maroc et la Côte d’Ivoire .

Published

on

Le Nigeria et la République sahraouie renforcent leurs relations bilatérales

En recevant l’ambassadeur sortant de la République arabe sahraouie démocratique au Nigéria, Malainine Sadik-Bachir lors d’une audience d’adieu le président du Nigeria Muhammadu Buhari a déclaré que les relations entre le Nigéria et la République arabe sahraouie démocratique (RASD) sont solides et le resteront.

« Je vous félicite pour votre séjour réussi, au cours duquel les relations entre nos deux pays se sont encore renforcées. Je vous souhaite bonne chance dans vos projets futurs », a déclaré le président Buhari.

L’ambassadeur sortant de la République arabe sahraouie démocratique a déclaré qu’il avait une très bonne expérience de service au Nigeria, au cours de laquelle « les relations bilatérales entre nos pays se sont considérablement améliorées », ajoutant qu’il continuerait de collaborer avec le Nigeria pour de nouveaux avantages mutuels.

Ces déclarations de Muhammadu Buhari et de l’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui a achevé sa période de service au Nigéria tombent au moment ou plusieurs pays francophones de la CEDEAO notamment la Cote d’ivoire et la Guinée ont récemment ouvert des consultats auprès du Royaume du Maroc à Laâyoune la ville la plus importante du Sahara occidental.

Continue Reading
Advertisement

Facebook

BUZZ

Translate »