Connect with us

News

Alelia Murphy, la femme la plus âgée aux États-Unis, vient d’avoir 114 ans

Published

on

Alelia Murphy reconnue comme la personne la plus âgée aux États-Unis vient de célébrer son 114e anniversaire ce 6 juillet. 

Elle a été honorée par des officiels à Harlem, New-York alors qu’ils déclaraient son anniversaire comme « Journée d’appréciation d’Alelia Murphy » dans sa Communauté.

Des dizaines de personnes du quartier se sont réunies pour son anniversaire organisé par un Caucus afro-américain qui la considère comme le « point de repère de Harlem »  qui apporte enormement à la communauté. Au cours de la cérémonie, Alelia n’a pas fait de discours, mais sa famille en son nom a déclaré que, selon elle, son secret, pour vivre longtemps est « d’être une bonne personne » et de croire en Dieu.

Murphy est née en Caroline du Nord en 1905, est à Harlem depuis son déménagement en 1926. Elle est bien connue dans la communauté locale après avoir été impliquée dans plusieurs organisations. Son mari est décédé en 1953 et depuis lors, elle devait subvenir seule à ses deux enfants en tant que couturière.

« Elle est le ciment qui unit cette famille », a déclaré sa petite-fille Nefer Nekhet avec qui Murphy vit actuellement. Pour ceux qui la connaissent, Murphy n’a jamais bu, mais il aime les glaces, les sodas et le chocolat. Elle continue également à mener une vie active.

Agée de 114 ansMurphy est considérée comme une supercentenaire. Seules six autres femmes dans le monde sont plus âgées qu’elle. Elles sont au Japon et en France. Depuis 1990, le collectif de chercheurs suit les supercentenaires – des personnes âgées de 110 ans et plusb et en 2019 la plus vieille personne du monde est Kane Tanaka du Japon, qui a 116 ans.

News

Etats-Unis : le frère de George Floyd implore les parlementaires de « mettre un terme à la souffrance » des Afro-Américains

Published

on

Moment d’émotion au Congrès américain. Entendu mercredi 10 juin, le frère de George Floyd a imploré les parlementaires de « mettre un terme à la souffrance » des Afro-Américains et d’« entendre les appels » de la rue à réformer les forces de l’ordre. « Je suis ici pour vous demander de mettre un terme à la souffrance, de mettre un terme à notre épuisement », a lancé devant une commission parlementaire Philonise Floyd, dont le frère a été tué le 25 mai à Minneapolis par un policier blanc.

Très ému, il a expliqué « ne pas pouvoir décrire la douleur » ressentie en regardant la vidéo du calvaire de son frère, asphyxié par l’agent Derek Chauvin qui est resté agenouillé sur son cou pendant près de neuf minutes.

ABC News

@ABC

Philonise Floyd, George Floyd’s brother: « I can’t tell you the kind of pain you feel when…you watch your big brother, who you looked up to your whole entire life, die, die begging for his mom! I’m tired. I’m tired of pain. » http://abcn.ws/2Yk3n97 

Vidéo intégrée

125 personnes parlent à ce sujet

« Peut-être qu’en vous parlant aujourd’hui, je pourrai faire en sorte qu’il ne soit pas mort pour rien, qu’il ne devienne pas juste un visage sur des T-shirts, un autre nom sur une liste qui ne cesse de grossir », a poursuivi Philonise Floyd devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, à majorité démocrate.

« Ecoutez les appels qui montent de la rue »

« S’il vous plaît, écoutez mon appel, écoutez les appels de ma famille, les appels qui montent de la rue dans le monde entier », a-t-il ajouté en référence aux manifestations qui ont suivi la mort de son frère, les plus importantes depuis le mouvement des droits civiques dans les années 1960.

« George ne faisait de mal à personne ce jour-là. Il ne méritait pas de mourir pour 20 dollars. Je vous le demande : est-ce que c’est ce que vaut un homme noir ? 20 dollars ? On est en 2020 ! » a encore lancé Philonise Floyd, rappelant que son frère avait été plaqué au sol car il était soupçonné d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars.

ABC News

@ABC

Philonise Floyd: « George wasn’t hurting anyone that day. He didn’t deserve to die over 20 dollars. I’m asking you: is that what a black man is worth? 20 dollars? This is 2020. » http://abcn.ws/2Yk3n97 

Vidéo intégrée

205 personnes parlent à ce sujet

« Faites en sorte [que les forces de l’ordre] rendent des comptes quand elles agissent mal, apprenez-leur à traiter les gens avec empathie et respect et apprenez-leur ce qu’est une force nécessaire, qu’une force létale ne doit être appliquée que quand une vie est en jeu », a-t-il énuméré.

 

Francetv

Continue Reading

News

Coronavirus: une employée des chemins de fer du Royaume-Uni décède après qu’un « voyageur » lui ait craché dessus.

Published

on

Belly Mujinga est décédée 14 jours après avoir été crachée dessus.

Belly Mujinga, une employée de la billetterie ferroviaire britannique de 47 ans, est décédée le mois dernier après qu’un homme prétendant être porteur du nouveau coronavirus ait délibérément toussé et craché sur elle, a annoncé mardi son syndicat.

Mujinga travaillait à la billetterie de la gare Victoria de Londres, mais a reçu l’ordre de travailler dans le hall malgré ses supplications avec ses supérieurs pour éviter de sortir de la sécurité de la boîte à billets ou au moins recevoir un équipement de protection tel qu’un masque. Pendant son séjour, un homme l’a agressée, elle et son collègue.

L’homme a dit qu’il portait le coronavirus et  a toussé délibérément sur les deux. En quelques jours, les deux femmes sont tombées malades et ont été testées positives au COVID-19.

«Choqué et dévasté»

L’état de Mujinga s’est détérioré en raison d’un problème respiratoire sous-jacent. Elle a ensuite été emmenée à l’hôpital, où elle a été mise sous respirateur. Quatorze jours après l’incident, elle est décédée des suites de complications liées au COVID-19.

« Nous sommes choqués et dévastés par la mort de Belly », a déclaré Manuel Cortes, secrétaire général de la Transport Salaried Staffs ‘Association (TSSA). « Elle fait partie du grand nombre de travailleurs de première ligne qui ont perdu la vie à cause du coronavirus. »

M. Katalay a déclaré qu’il avait appelé sa femme sur une application vidéo lorsqu’elle était à l’hôpital, mais n’avait plus de nouvelles d’elle.

« Je pensais qu’elle dormait, mais le médecin m’a appelé pour me dire qu’elle était morte », a-t-il déclaré.

« C’était une bonne personne, une bonne mère et une bonne épouse. Elle était une personne attentionnée et s’occuperait de tout le monde. »

Dix personnes ont assisté aux funérailles de Mme Mujinga, y compris sa fille de 11 ans.

 

 

Continue Reading

News

Nigeria: Le célèbre festival de pêche d’Argungu reprend après 10 ans d’interruption due à l’insécurité.

Published

on

Le Festival international de la culture et de la pêche d'Argungu nscrit en 2016 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité
 L’un des évènements culturels les plus célèbres du Pays, le festival d’Argungu, qui attire chaque année des milliers de pêcheurs, s’est tenu pour la première fois depuis plus de 10 ans, après avoir été suspendu à cause de l’insécurité dans le nord du pays.
Tous les ans, les communautés se réunissent au nord-ouest du Nigéria pour participer au Festival international de la culture et de la pêche d’Argungu près de la rivière Matan Fada. Le festival est organisé entre la fin février et mars, inclut le kabanci, série de compétitions aquatiques comptant la pêche à mains nues, la course de canoë, la capture de canards sauvages, ainsi que d’autres pratiques traditionnelles telles que les formes locales de lutte et de boxe
Le festival, qui dure quatre jours, a été créé en 1934 pour symboliser la paix retrouvée entre les communautés d’Argungu dans l’ancien royaume de Kebbi (nord-ouest) et le califat voisin de Sokoto, qui se sont longtemps affrontés par des guerres et des razzias. Mais les autorités avaient décidé de suspendre cet évènement très populaire en 2010, à cause de l’insécurité dans le nord et notamment de l’insurrection jihadiste de Boko Haram, alors à ses débuts, qui a fait depuis quelque 35.000 morts et près de deux millions de déplacés.
Cette année, beaucoup de responsables politiques de premier plan ont fait le déplacement pour célébrer la reprise du festival – y compris le président Muhammadu Buhari jeudi lors de son ouverture – où régnait un enthousiasme et une ferveur particulière. « Nous sommes très excités et tellement heureux (…) que le festival de pêche d’Argungu revienne », a affirmé un commerçant Aliu Aliko, venu assister à l’évènement au milieu d’une foule compacte malgré la chaleur étouffante.
Le point d’orgue du festival est un concours de pêche traditionnelle dans les eaux boueuses de la rivière Sokoto, dont les plus belles prises sont ensuite fièrement exposées aux visiteurs.
Continue Reading

BUZZ

Translate »