Connect with us

Business

Kanye West est officiellement le deuxième rappeur milliardaire de l’histoire

Published

on

L’heure de la consécration a sonné pour Kanye West. Ce vendredi 24 avril, le magazine Forbes a annoncé que la fortune personnelle du rappeur avait franchi la barre du milliard de dollars.

En 2019, Jay-Z devenait le premier rappeur milliardaire de l’histoire. Une fortune qu’il doit à ses possessions immobilières, son label Roc Nation, sa plateforme de streaming musical Tidal, sa collection d’œuvres d’art ou encore ses investissement dans le cognac et le champagne. Un an plus tard, c’est Kanye West qui rejoint à son tour le club très fermé des milliardaires, comme l’a annoncé le magazine américain Forbes, ce vendredi 24 avril. Avec un capital personnel estimé à 1,3 milliard de dollars, le mari de Kim Kardashian est officiellement le deuxième rappeur le plus riche du monde.

Kanye West milliardaire grâce à la mode

S’il est considéré comme l’un des plus gros vendeurs de l’industrie musicale, Kanye West doit ce nouvel accomplissement à sa marque de sneakers Yeezy, développée avec Adidas et dont les modèles se vendent à plus de 200 dollars la paire. « Selon Forbes, les revenus tirés de sa marque sont légèrement supérieurs au milliard de dollars et expliquent donc à eux seuls son nouveau statut financier », indique l’AFP. Et de préciser : « Le reste de son argent lui vient principalement de ses propriétés, explique Forbes, qui note que le rappeur est très dépensier (il possède notamment un tank). »

Kanye West revendiquait le statut de milliardaire depuis plusieurs années et s’était même brouillé avec le magazine économique, qui refusait jusqu’ici de le faire figurer dans son classement. Le troisième rappeur le plus riche du monde est Dr. Dre avec 800 millions de dollars. Puff Daddy et Drake sont respectivement quatrième et cinquième avec des fortunes estimées à 740 millions de dollars pour l’un et 150 millions de dollars pour l’autre.

 

Tele-loisir

Continue Reading
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × trois =

Business

Le géant Américain Stripe achète Paystack, leader du paiement en ligne au Nigeria.

Published

on

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais il serait supérieur à 200 millions de dollars selon des médias américains, soit l’une des plus grosses acquisitions de start-up jamais réalisées en Afrique.

«Plus de 60 000 entreprises au Nigeria et au Ghana utilisent Paystack pour recevoir des paiements en ligne et hors ligne en toute sécurité et développer de nouveaux modèles d’affaires», précise le communiqué de Stripe.

Basé à Lagos, Paystack assure plus de la moitié des transactions en ligne au Nigeria et souhaite se développer sur le continent africain, où le marché du commerce en ligne est en croissance de plus de 20 % par an.

«Cette acquisition donnera à Paystack les ressources pour développer de nouveaux produits […] et consolider le marché africain hyperfragmenté des paiements», a déclaré un dirigeant de Stripe, Matt Henderson, cité dans le communiqué.

«Nous sommes heureux d’accélérer notre expansion géographique et d’introduire plus de méthodes de paiement, plus de services à valeur ajoutée et une intégration plus poussée avec les plateformes mondiales», a réagi dans le même communiqué le cofondateur de Paystack, Shola Akinlade. Dans une vidéo diffusée sur Twitter, M. Akinlade décrit lui-même Paystack comme un «Stripe pour l’Afrique».

La start-up continuera son activité «de manière indépendante» et intégrera à terme le réseau mondial de paiements et de trésorerie du leader américain. L’acquisition est toutefois soumise à l’approbation des autorités de régulation.

Lancée en 2011 par deux Irlandais, les frères Patrick et John Collison, la société californienne Stripe est désormais valorisée à 36 milliards de dollars (environ 30 milliards d’euros). Elle compte parmi ses clients de très nombreuses start-up ainsi que des grands groupes, dont les géants du numérique, dans plus de 25 pays.

Avec AFP

Continue Reading

Business

Michaella Rugwizangoga, hier réfugiée en côte d’ivoire, aujourd’hui CEO de Volkswagen Rwanda

Published

on

Michaella Rugwizangoga, PDG de Volkswagen Mobility Solution Rwanda.

C’est l’histoire de Michaella Rugwizangoga, 33 ans, PDG de Volkswagen Mobility Solution Rwanda et la plus jeune dirigeante de ce groupe automobile allemand.

Le jeudi 9 janvier lors de la 4è édition de la tribune HEC CEO Talk à Abidjan, elle est revenue sur son parcours inspirant, mais parsemé d’embûches.

« Les critères de base étaient de trouver des profils qui parlaient, français, anglais et allemand, couramment. J’ai fait une série de tests, psychotechniques, en mathématique, en connaissance générale… La dernière étape était un panel de sept directeurs allemands dont une femme. J’ai été interviewée pendant plus d’une heure. Une semaine après, on me dit : est-ce que ça t’intéresserait d’être notre CEO ? », raconte-t-elle.

Selon Afrik-une, pour ses proches, son succès ne surprend pas, car les coups de la vie lui ont donné un mental d’acier. En effet, rwandaise d’origine, elle est issue d’une famille de réfugiés en Côte d’Ivoire, obligée à tout reconstruire.

« Mes parents nous ont toujours dit : nous sommes réfugiés ici, demain nous serons quelque part d’autre, vous devez donc tenir sur vos deux jambes. Vous devez vous-même être votre source de motivation. Nous, on s’en sort, on vous donne une éducation, parce qu’on a étudié. On peut perdre tout, mais on ne peut pas perdre ce qu’on a appris. Ces phrases m’étaient, sans cesse, répétées depuis la maternelle, à l’âge de 5 ans », expliqua-t-elle.

Arrivée pour la première fois au Rwanda à l’âge de 18 ans, après son BAC S obtenu à Abidjan  où elle est née en 1986, la jeune étudiante s’inscrit dans une école d’ingénieur, obligée de basculer du français à l’anglais. Une année plus tard, elle décroche une bourse d’État pour des études d’ingénieur chimiste à l’université technique de Kaiserslautern en Allemagne. Et est à nouveau contrainte d’apprendre l’allemand. Chose qu’elle réussit en 5 mois, là où il en faut 12 normalement.
« Il n’y a pas de secret. C’est l’éducation, le travail, la continuité, une chose après l’autre, l’apprentissage du leadership et la prise d’initiative. Et j’ai été éduqué comme ça. Il n’y a que l’école et l’excellence qui comptent et ça m’a suivi, toute ma vie » poursuit-elle.

Après sept ans d’études en Allemagne, son diplôme en poche, Michaella Rugwizangoga, retourne au pays et commence sa carrière au Rwanda Development Board, puis rejoint la Fondation Imbouto de Jeannette Kagamé, première dame du Rwanda, avant de devenir Présidente Directrice Général de Volkswagen Mobility Solution Rwanda, depuis mars 2018.

 

Continue Reading

Business

Un ingénieur de 25 ans a dévoilé la première voiture de sport du Nigeria faite en fibre de carbone.

Published

on

Le constructeur automobile nigérian, Bennie Autos, a dévoilé ce jeudi une voiture de sport fabriquée localement en fibre de carbone appelée Bennie Purrie.

Le cerveau derrière cette voiture de sport unique en son genre est Jerry Isaac Mallo, PDG de Bennie Technologies Ltd, âgé de 25 ans.

 

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

Quelles sont les caractéristiques de la Bennie Purrie?

La Bennie Purrie est faite de fibres de carbone. Ce matériau semblable à un tissu souple est plus résistant et plus léger que les pièces d’acier et d’aluminium actuelles.

La voiture de sport à deux places a une porte en aile d’Albatros (M) qui a été lancé pour la première fois par la voiture de course Mercedes-Benz 300SL de 1952.

Ce prototype de voiture est alimenté par un moteur de 130 chevaux. Ce moteur permet à cette voiture de passer de 0 à 120 km/h en 12 secondes.

Mallo prévoit d’améliorer ses spécifications en déclarant « il y a une grande marge d’amélioration et nous ne nous arrêterons pas tant que les choses ne s’amélioreront pas ».

Pour l’heure, aucun prix n’a encore été annoncé. L’ingénieur a déclaré que le premier prototype de cette voiture s’apparentait davantage à une phase de recherche, juste pour faire savoir au monde que le Nigéria avait beaucoup de grands talents.

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter
Continue Reading

BUZZ

Translate »